AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn

Aller en bas 
AuteurMessage
Arhk

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: [Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn   Mer 11 Fév - 5:50

╔═════════════════╗
Arch Na'Shez Halduin
╚═════════════════╝





Nom : Na'Shez Hälduîn
Prénom : Arch
Poids : 51Kilos
Taille : 1m74
Sexe : Homme
Age : 177
Classe : 6 Guerrier -/- 11 Magicien -/- 23 Archer-Mage
Lieu de naissance : Dans une ferme sur les terres de Nacre.
Description : Une silhouette dégagé semble vous faire face quand vous croisez le regard lumineux de cet homme.
Libre, il semble flotter sur place, ses gestes sont précis et font
remonter une graçe tout aussi ancestrale que l'eden. Il n'y a aucun
doute a porter sur l'origine de cet elfe originaire du soleil il vous
toise sans dégager d'émotion.
Du haut de ses
un mètre soixante-quatorze il inspire calmement sous son armure
d'écaille tantôt dorée, tantôt argentée. Il possède de longs doigts fin
définissant l'air d'un joueur de corde, aussi bien celle de l'arc qu'il
porte a son épaule que la harpe qu'il tiens fidèlement a sa ceinture.

Un sac en bandoulière échappe parfois a votre regard, sa taille semble
réduite au strict minimum pourtant il en sort parfois des choses qui
ndépasse sa propre taille, sûrement un sac magique.

Son visage est fin et termine en une légère pointe sur le menton
arborant des cheveux dorés au reflet de celeste majesté, ses yeux
arbore les couleurs de la lumière, des lèvres fines au teint clair
s'entrouvrent parfois pour laisser aller quelques mots dans une langue
virevoltante de beauté et de sagesse. Il lui arrive de parler le commun
même si ce n'est qu'un évènement occasionnel.


Tout cela n'est rien sans le talent de son corps a se mouvoir au combat. Des
gestes précis, légers comme les caresses d'une plume et marquants comme
le fer rouge. Sublimement instinctifs ou savamment étudiés ?

Un corps dessiné en courbes, une posture provocante, mais gare à trop
s'approcher, se cache une garde de combat sous la sensuelle beauté,
celle du tentateur qui cache un poignard dans son sourire et un cœur
dans ses yeux.


Un homme comme lui cache toujours une passion égarée.
Mais lorsqu'on la trouvera, lorsqu'on l'aura libérée, il va falloir au moins aussi fort brûler, sous peine de se voir oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arhk

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: [Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn   Mer 11 Fév - 6:01

Première page du passé

╔═════════════════╗
La Mission
╚═════════════════╝



L'air était frais, les ombres pourpres du soleil couchant tapissaient le jardin d'une douce lumière. Le moment était idéal pour la réflexion. Les cascades plongeaient cet Eden paisible dans un calme aquatique agréable et confortable. Arch sortait délicatement de fins pinceaux, demagnifiques plumes d’aigle et de précieux flacons d'encre de sa sacoche. Il les disposa sur son atelier avec précaution, dans un ordre rigoureusement étudié. Toute cette préparation devait garantir un travail propre et précis.

L'attirail étant installé, il plongea ses mains dans une belle valise et en fit émerger un manuscrit à la couverture étincelante, brodée de fils d'or. Il le déposa au centre de la planche et le feuilleta jusqu'à la première feuille de veulin vierge. Son regard se porta sur les plumes les plus fines de sa collection. Après avoir scrupuleusement étudié ses possibilités, il extirpa une belle plume effilée d'un gobelet noir et la trempa dans une épaisse encre bleue. Ceci étant fait, il l'appliqua sur son feuillet. Une première lettre se dessinait, elle ouvrait le 4e chapitre de son encyclopédie : « Le peuple Elfique».

Ce dernier travail complétait une longue étude de l’histoire des elfes. Les récits étaient ponctués de pages illustrées dignes des artistes les plus talentueux de la région. C’était l’aboutissement de plusieurs années d’investigation auprès des anciens et de reconnaissance du terrain. Il fallait tout noter, définir, dessiner et raconter. Ainsi pouvait-on étancher toute soif de connaissance : les plantes et leurs vertus médicinales, la faune des bois, mais aussi des plaines et montagnes, l’histoire des peuples, celle des grands personnages, l’art du tannage et bien d’autres savoir utiles.

L’encyclopédie d’Arch Na’Shez Halduin devait immortaliser dans le papier une longue vie d’elfe. En tout cas c’était son objectif, poursuivre ses travaux jusqu’à un degré de connaissance absolue. Mais le temps passait vite et la lumière se faisait de plus en plus rare. Lorsque les derniers rayons disparurent derrière les montagnes, il remballa son matériel et s’éclipsa sans déranger la paix qui régnait en ces lieux.

Au petit matin, son père vint le réveiller à une heure inhabituelle. D’ailleurs, le sourire qu’il arborait laissait présager une matinée inédite. Surpris par l’empressement de son père, Arch enfila une simple tunique. Il s’installa sur la terrasse, à l’ombre du vieux chêne et se rinça le visage avec l’eau fraîche de la fontaine du jardin. Il grignota un peu, toujours sous le regard fier et satisfait de son père, et retourna dans sa chambre pour se vêtir d’un costume plus élégant à la demande de sa mère. Après quelques heures, il était prêt… « Oui mais prêt à quoi ? » pensait-il. Ses parents l’envoyèrent chez son précepteur. Soit disant qu’il le demandait expressément pour terminer une leçon inachevée. Tout ceci n’avait ni queue ni tête, mais Arch
suivit et fît sagement ce qu’on lui demandait.


Le maître scribe n’habitait pas loin, il suffisait de traverser un petit bois en suivant le sentier du lac. Une fois rendu, il frappa à la porte, elle s’ouvrit et un sourire forcé se présenta à nouveau devant lui, c’était celui de maître Melebor. Il le fît entrer, lui servit une boisson chaude aromatisée et le questionna sur l’avancement de ses travaux. Arch lui confia que sa partie sur l’histoire des elfes d’Ernolia était presque achevée et qu’il comptait poursuivre ses recherches dans d’autres domaines. Il ajouta que ses explorations des diverses forets furent d’un enseignement bénéfique. Après une longue conversation, le vieil elfe s’absenta un moment et réapparut avec entre ses mains un sac de voyage généreusement rempli. De sa poche il sortit une enveloppe scellée aux armoiries du Royaume d’Isil. Il l’invita à retourner chez lui pour dire adieu à sa famille et à se présenter au plus vite au lieutenant du roi.

Arch s’en retourna avec son paquetage, fît une halte chez lui et commença à comprendre l’attitude étrangement fière de ses parents. Ils les embrassèrent et pris la direction du Nord vers les domaines du Roi d’Isil. Après quelques jours de marche dans une forêt qu’il commençait à connaître, deux hommes équipés d’arc et de flèches vinrent à sa rencontre. Arch se présenta, leur tendit la précieuse enveloppe, et il fût escorté par les deux rôdeurs jusque dans une petite clairière où l’attendait un homme majestueux au regard perçant accompagné de trois autres hommes encapuchonnés de sorte que leurs visages ne puissent être reconnus. Avant de les rejoindre, on lui demanda d’enfiler le même voile que les autres et de garder le silence devant le
lieutenant au regard perçant.


Il pris la parole rapidement et expliqua à tous les raisons de leur venue. Le Roi d’Isil se souciait beaucoup des désordres qui s’installaient au Sud, que quelque chose n’allait pas et qu’il fallait des espions sur place pour se rendre compte des évènements. Chacun d’eux avaient des compétences certaines pour cette mission, Arch, lui, fût choisi pour mettre sur papier toutes les informations récoltées.

Son rôle consistait également à élaborer une carte de la région du Sud-est pour évaluer le terrain et facilité la tâche des autres. Voilà ce que le seigneur d’Isil espérait de ces jeunes hommes. Mais chacun d’eux ne devaient sous aucun prétexte dévoiler son identité, et pour éviter tout problème on leur demandait de ne pas se lier d’amitié et de rester des inconnus entre eux. La mission devait prendre le temps qu’il fallait et elle prenait effet immédiatement.

Après leur avoir confié le nécessaire, chacun s’en alla dans
une direction opposée.


C’est ainsi que son voyage le mena sur les terres d’Arcanos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arhk

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: [Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn   Mer 11 Fév - 6:15

Deuxième page du passé


╔═════════════════╗
Une halte sous la pluie
╚═════════════════╝



La nuit était déjà tombée depuis un temps. Une tempête violente faisait rage, le vent soufflait fort et une pluie glaciale tombait sans jamais s’arrêter. Les vagues allaient s’écraser sur les récifs avec une force incroyable et parfois elles arrivaient jusqu’à la petite maison construite au bord de la falaise. Les dieux avaient du être fort contrariés pour ainsi être en colère.
A l’intérieur de la maison, une fille adolescente et un jeune garçon étaient attablés et essayaient tant bien que mal de manger ce que leur mère avait préparé. Ils avaient peur qu’il arrivât quelque chose à cause de la tempête bien que leur père eût tout fait pour que rien ne se passât jamais en ce temps désagréable. Après le repas, comme personne n’arrivait à fermer l’œil, il se mit à raconter des histoires de leur famille et des histoires extraordinaires avec des dragons, de puissants sorciers ou encore des héros sans peur. On écoutait attentivement et seul le vent perturbait le cours des récits en soufflant de temps en temps une bougie.

La nuit avançait lentement dans la tempête qui ne cessait pas depuis des heures. Les histoires se suivaient les unes après les autres jusqu’à ce quelqu’un vînt frapper à la porte. Qui pouvait venir à cette heure et par ce temps abominable ? Le père dit :
« Allez les enfants, il faut aller se coucher, il est bien tard. La suite, ce sera pour plus tard. »
Les enfants s’exécutèrent, suivis par leur mère. Encore une fois on entendit frapper, le père se dépêcha pour ouvrir. C’était un jeune elfe, plutôt mince avec des habits complètement mouillés qui se présenta devant lui. Le père le fit entrer, le débarrassa de sa veste puis lui présenta une chaise avec un reste de repas. Il avait l’air d’un étranger, sur le moment il semblait un peu sous le choc et remerciait sans arrêt. Le père lui demanda gentiment ce qui l’avait emmené ici et pourquoi il était sorti par un temps pareil. L’étranger répondit, plus à son aise, plus calme et demanda enfin l’hospitalité pour quelques jours. La famille ne la lui refusa pas, déjà car le temps ne permettait pas le refus et que de toute façon, il n’y avait rien à reprocher à cet homme reconnaissant. Le père lui montra alors un lit inoccupé et tous essayèrent de fermer les yeux malgré le vacarme extérieur.

La nuit laissa sa place au jour et la tempête s’estompa. Le père avec sa femme se leva puis marcha vers la chambre de l’invité. Il n’était plus dans son lit qui était d’ailleurs fait. Ses affaires traînaient cependant encore tout autour. Par la fenêtre on pouvait le voir marcher en bas sur la plage, regardant les beautés de Nature. La famille se réunit à nouveau autour de la table, pour manger un petit quelque chose. Cela fait, chacun alla faire la tâche pour laquelle il avait été désigné.
Le temps passa et le soleil montrait qu’il était à nouveau l’heure de manger. L’étranger toujours sur la plage fut rejoint par la fille qui voulait l’avertir. Le sable était encore humide et çà et là il y avait des débris de bois apportés par l’océan. L’étranger était assis sur un rocher et regardait l’horizon. Il détourna son regard au son des pas, et sourit à la vue de cette jeune femme qui était semble-t-il pleine de charmes :
« Venez Monsieur, nous allons passer à table, je suppose que vous devez avoir faim maintenant. »
La voix était calme et mélodieuse. L’étranger acquiesça et sauta vers elle. Il se présenta et elle fit de même. Sur le court chemin menant à la maison, ils discutèrent encore et firent connaissance. Le repas était bon et l’étranger ne se gênait pas pour le rappeler régulièrement tout en jetant quelques regards discrets à la jeune adolescente dont les traits l’avaient comme ensorcelé. Après le repas, ils se revirent encore un peu jusqu’au crépuscule et encore un peu la nuit. Elle lui parlait avec douceur et il la contemplait comme si elle était d’essence divine.

Le lendemain matin, encore une fois l’étranger était sorti avant que toute la famille se levât. Il était à nouveau sur la plage en train de marcher. Cette fois-ci le lit n’était pas fait et les affaires étaient éparpillées un peu partout dans la petite chambre. La mère alla donc, après avoir pris son petit-déjeuner, ranger un peu tout cela et faire le lit. Ainsi les draps trouvèrent la position parfaite, les vêtements furent mis à laver s’ils étaient sales et elle prit le sac pour le mettre dans un coin. Quand elle posa le sac, un médaillon sortit d’une des poches et attira la curiosité de la mère. Qu’était-ce donc que cela ? Elle croyait l’avoir déjà vu, mais où ? Elle appela son mari qui vint et inspecta à son tour l’étranger collier. Pour lui aussi, le médaillon n’était pas inconnu mais lui non plus ne se souvenait pas d’où il le connaissait. Ils le remirent donc dans la poche et retournèrent à leurs tâches respectives.
Le jour se passa pareillement que le précédent jusqu’au soir où le père se souvint tout à coup ce que représentait l’image du médaillon. Les brigands de la région…

La nuit passait et le père réfléchissait. Il n’allait tout de même pas mettre l’étranger à la porte. Il n’avait rien fait, n’avait pas fait quelque chose qui prouvait seulement sa culpabilité. Peut-être avait-il seulement ramassé le médaillon quelque part où avait eu lieu une altercation entre les brigands et la Garde ? Il fallait lui laisser une chance et attendre. De toute façon, il partira de lui-même dans peu de temps.

Plusieurs jours s’écoulèrent et le lien entre l’étranger et l’adolescente se renforça. Ils s’aimaient. Ils discutaient de tout et de rien, le plus discrètement possible pour ne pas éveiller quelque soupçon de la part du reste de la famille. Chaque matin il allait sur la plage et quand le soleil était au zénith elle le rejoignait joyeusement pour lui dire que la famille passait à table. Et ainsi de suite…
Le père n’était pas entièrement dupe et surveillait sa fille. Il ne lui avait rien dit à propos du médaillon et il valait mieux qu’elle n’en sache rien. Il voulait la protéger au cas où ses soupçons seraient réels.

Jusque là, la relation entre les deux jeunes amoureux n’était basée que sur la parole, mais il fallut un jour où l’étranger voulu embrasser son aimée, preuve de ses sentiments. Le père à la fenêtre vit cela et n’accepta pas qu’on touche à sa fille sans son accord. Il laissa encore un jour s’écouler puis il alla voir l’étranger assis sur son rocher en train d’observer la beauté infinie du grand océan. Une discussion assez violente s’en suivit, les explications de l’étranger ne satisfaisaient pas le père. Pourtant il ne semblait pas mentir et son amour semblait pur. Le père n’entendit rien :
« Toi le bandit, n’ose plus t’approcher de ma fille ou bien seulement l’aimer ! »
Et pour ne pas faire trop de mal à sa fille, il lui conseilla de partir le lendemain matin quand elle dormira encore. L’étranger ne pouvait rien faire contre, il n’avait pas le choix, il fallait qu’il parte. L’idée d’enlever celle qu’il aimait lui vint à l’esprit, mais il l’abandonna vite car il savait que le père veillerait à ce qu’il ne fasse rien à part partir.

L’étranger dormit que peu et bien mal. Le père, lui, ne voulait pas dormir, il attendait que son invité exécute son ordre. Avant l’aube, le sac était prêt, c’était la fin de son aventure dans cette maison. La porte se referma doucement. Le père alla vérifier qu’il était bien parti. Sur la table de la petite cuisine était posée une lettre. Quand la fille se leva, le père la lui tendit :
« Il est temps que je parte… »
Elle mit sa tête entre ses mains. Elle pleurait. Elle pleurait un homme qu’elle avait aimé, sûrement le premier. Son père essaya de la consoler, en vain. Il était trop tôt.

La famille n’entendit plus jamais parler de leur inviter. Personne ici n’a jamais su qui il était vraiment et ce qui l’avait emmené jusqu’à eux. La matinée était douce, le vent léger et la mer calme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Validé] - Arch Na'Shez Hälduîn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]
» Eänwen Melwasúl [Hanegard] - [Validé]
» [Validée]FT du désir !
» présentation Nuage d'orage tout fini !!! J'attend le temp qu'il faudrat pour qu'elle soit validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Arcanos :: Section RP :: Section des BG-
Sauter vers: