AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.

Aller en bas 
AuteurMessage
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Ven 11 Juil - 11:51


.
Nom de compte joueur: Rapine_et_cie
Nom du perso: Saemon Pourpre-coeur
Race: Humain

Age : environs 30 ans
Alignement: Loyal neutre
Classe(s): Mage
Ecole de magie dominante : Généraliste (géomètre)

Description physique: Jeune homme d’une trentaine
d’année au teint basané et au faciès d’oiseau de proie. Ses multiples piercings
au visage font que les gens se méfient de lui (d’oú le 8 en charisme^^).

Caractéristiques de départ:

FORCE : 10
DEXTÉRITÉ : 14
CONSTITUTION : 14
SAGESSE : 8
INTELLIGENCE : 19
CHARISME : 8

Tic,
toc et caractère:

Envolées
lyriques.
Studieux
mais tête en l’air.
Tic du géomètre : ne peux s’empêcher de faire remarquer quand quelque chose n’est
pas droit.


Connaissances
rp :
-Connaissance
de base des mages.
-Niveaupoussé en glyphe et dessin magiques (pentacles, mandalas et autres).
-Runes(écriture et lecture).
-Parle elfe et commun (lecture et écriture des deux).



Histoire:


Saemon :


Il était tard et Saemon avait faim. Le jour déjà tombait et le vent glacial du nord se levait. Il fallait qu’il trouve unabris et vite. Entre les loups et le blizzard, c’était sa seule chance de survivre. Pourquoi avait-il fallu qu’il essaye de voler ce marchand ? Par cet acte il avait dû quitter la ville avec deux soldats aux trousses. Si seulement il avait su tenir ses mains dans ses poches ! Mais il faut dire que la vie était difficile à l’orphelinat : son nez aquilin faisait que personne ne voulait l’adopter et les gérant de l’établissements voulaient s’en débarrasser à tout prix. Ils lui donnaient à peine de quoi manger et le laissaient faire le mur en espérant qu’il ne reviendrait pas.





Il était trop tard pour les regrets. Il fallait qu’il se trouve un abris et vite car le vent soulevait sur son passage
d’épaisses volute de neiges. Le blizzard se levait. Affolé, il se mit à courir dans la plaine mais le vent le rattrapait. Il fallait qu’il s’en sorte. Il le fallait. C’est avec peine qu’il avançait dans la neige. Il ne sentait plus ses
pieds et son visage était tanné par la morsure du froid. Il n’en pouvait plus, il allait abandonner quand il vit au loin une immense ombre. Sûrement un dolmen ou quelque chose dans le genre. Reprenant espoir il fit un pas puis un autre et encore un autre jusqu’à arriver au pied de l’édifice.

L’édifice était bien plus grand qu’il n’y paressait au loin, ce n’était pas un dolmen mais une haute tour de pierre noire veinée d’argent. Il fit le tour de la tour pour y trouver l’entrée. Chose étrange : il n’y avait aucune porte à la tour. N’en pouvant plus, Saemon se blottit au pied de la tour en pleurant toutes les larmes de son corps.
Pourquoi avait-il volé ce marchand ? Pourquoi ?

Le vent mugissait et hurlait atour de lui et déjà la froide étreinte de la mort s’emparait de lui. Le blizzard avait
triomphé, il sombrait dans le néant.

-« Tu as été bien imprudent mon jeune ami… » C’était une voix qui n’avait pas d’age qui semblait murmurer ces
mots à Saemon. Et elle continuait : « si tu n’avais pas possédé une once de magie en toi je t’aurais laissé en
pâture aux loups… »

Saemon ouvrit les yeux. Il était allongé sur un divan dans une pièce ronde au plafond voûté. Sur els murs il y avait des bibliothèques poussiéreuses qui n’auraient pas volé un bon coup de plumeau.
Mais il y avait surtout un vieil elfe qui le regardait avec un fin sourire.

-« Oú suis-je ? » demanda Saemon
d’une voix faible
-« Oh dans la tour que tu as pris pour un
dolmen tout à l’heure. Tu n’as vraiment pas le compas dans l’œil toi. »
-« Co…Comment savez vous ça ?! »
Demanda l’enfant incrédule.
-« Tu veux parler du fait que je connaisse tes pensées ? » L’elfe éclata de rire. Son rire rendait son visage dément à la lueur des chandelles. « Mais c’est simple ! Tu es sur mes terres et je sais tout ce qui s’y passe. »
-« Vous voulez dire que vous lisez dans l’esprit de tous els voyageurs qui passent ici ? »
-« Tous les voyageur ?! A ça non mon garçon …Je peux lire l’esprit des seuls les être doué d’une parcelle de magie même si cette parcelle ressemble plus aux braises mourrantes d’un feu. »
-« Mais alors, ça veut dire que je suis un sorcier ?! » S’exclama tout content le gamin. L’elfe fut pris d’un petit fou rire qu’il réprima assez vite.
-« Etre pourvu de magie ne signifie pas que tu es magicien. Il y a des gens qui possèdent depuis toujours en leur sang une énergie occulte mais qui jamais n’en font usage. Ils sont ignorants de tout sur la magie et pourtant ils feraient des magiciens potentiels s’ils étaient éduqués. » Un long silence s’installa dans la pièce. Saemon brisa alors le silence.

-« Alors vous m’avez recueillit pour m’enseigner la magie ?! »
-« A vrai dire quand je t’ai recueillit c’était juste par un souci…euh…disons éthique »
-« ça veut dire quoi « éthique » ? »
-« Euh…ha hem …C’est un peu difficile à expliquer à un gamin de sept ans » Répondit l’homme avant d’ajouter : « En clair, je ne pouvais pas te laisser mourir à ma porte sans t’aider ».

Saemon s’endormit peu après.


Pourpre-cœur :


Le lendemain, Saemon fut réveillé par une douce odeur d’épices. Devant lui lévitait un plateau oú un monceau de met n’attendait qu’à être dévoré. Quand l’enfant fuit restauré, l’elfe entra dans la pièce.

-« Alors tu veux devenir mage mon garçon ? »
-« Ca pour sur m’sieur ! »
-« Je te préviens : la route est longue pour devenir magicien. Sais tu lire et écrire ? »
-« Euh…non ». Le magicien leva les yeux au ciel et ajouta pour lui-même :
-« Ca va être long, très long ».


Ainsi commença l’apprentissage de Saemon. Maître Elwyn lui enseigna d’abord la lecture et l’écriture et les bases du calcul. La première année d’apprentissage fut dure pour l’enfant car le maître avait décrété que dans sa tour on ne parlerait plus qu’elfe. Une langue que Saemon ne maîtrisait absolument pas mais dont il apprit les rudiments rapidement par le fait de la nécessité.

Au bout de trois ans, l’enfant savait lire et écrire parfaitement en commun, parlait elfe avec quelques fautes de grammaire. Le maître commença alors à l’initié aux plaisirs de l’esprit en lui posant des énigmes ou en le mettant face à des problèmes de calcul. Un soir, il vînt voir son disciple.

-« J’ai des devoirs pour toi. » Dit-il.
-« Des devoirs ?! »
-« Rien de bien méchant mais il faut que tu trouve la solution à l’énigme suivante : « je suis le début de la nuit et la fin du matin. Tu me cherches partout et pourtant je suis au bout de ta main. » Sur ce l’elfe le laissa seul à ses ruminations.

Saemon réfléchit une bonne partie de la nuit à l’énigme. « Le début de la nuit », le crépuscule mais « la findu matin » est midi… Cela ne peut pas être le crépuscule ni le midipuisqu’ils s’opposent. Peut être que cela a un rapport avec le soleil mais je n’ai pas d’astres au bout de la main. Qu’est ce que c’est que cette énigme ?! Le sommeil le gagna et l’énigme fut emportée au loin par les songes.

Le lendemain le maître revint et voyant que son disciple n’avait pu découvrir l’énigme il l’écrivit en commun dans les airs en inscrivant en suspension dans la pièce des mots scintillants.

Je suis le début de la nuit et la fin du matin. Tu me cherches partout et pourtant je suis au bout de ta main.

-« Alors ? » Demanda t’il
-« Alors, je ne vois que la même énigme qu’hier… »
-« Tu es vraiment désespérant des fois, tu sais… » Et Elwyn souligna quelques lettres de la phrase.

Je suis le début de la nuit et la fin du matin. Tu me cherches partout et pourtant je suis au bout de ta main.

Soudain Saemon comprit.
-« c’est le « N » ! »
Un fin sourire s’inscrivit sur le visage de l’elfe.
-« Il est temps que tu commence ta formation magique. Suis moi. »

Elwyn conduisit l’enfant à une vaste pièce oú
reposaient des centaines de grimoires.

-« Tu vas commencer par étudier les glyphes. C’est assez complexe pour un néophyte mais tu devrais y arriver. » Il ajouta avant de laisser le gamin seul devant un épais et poussiéreux grimoire : « Essaye d’en dessiner sur ces parchemins. »

Et Saemon ouvrit le volume. L’ouvrage était ancien mais ses pages étaient couvertes de dessins géométriques avec des nuances subtiles. Sur chaque double page il y avait une page de denses explications et une autre de dessins de sortes de mandalas.

Fasciné par l’ouvrage – et surtout par la beauté de chaque mandala- L’enfant se
mit à tout lire et à essayer de comprendre chaque glyphe dessiné dans son essence même. Il en oublia le temps. Elwyn ou Elijah –son dragon féerique familier- lui apportaient de temps à autre un plateau chargé de victuailles.

Au bout d’une vingtaine de plateau repas, Elwyn vînt le voir. Saemon lui s’était endormis sur ses dessins de glyphe. L’elfe réveilla on disciple gentiment.

-« Alors mon garçon, tu avances ? »
-« Oui maître mais je ne comprends toujours pas pourquoi mes glyphes restent inertes. »
-« C’est simple : tu te contente de les dessiner avec de l’encre et non avec ta volonté coordonnée à ton geste. Quand tu sauras allier ta volonté à ton geste- autrement dit quand tu seras arcaniste- nous te choisirons un nom. »
-« Nous ?! »
-« Tu verras… »

A partir de ce moment la formation d’arcaniste de Saemon débuta. Il étudiait et s’essayait à la magie sous l’œil attentif de son maître. Nombre de fois il eut des accidents en ayant mal compris les diverses explications d’un grimoire ancien. Au lieu de se décourager, Saemon reprenait alors ses études dans les livres. Au bout de sept ans à ce rythme la, Saemon parvînt à maîtriser son pouvoir.

Un soir son maître vînt le chercher.
-« Suis moi, Saemon. Mes paires veulent te voir. » Intrigué le jeune homme ne pu que le suivre.

Ils entrèrent alors dans une vaste salle souterraine de pierre noire veinée d’argent. En arc de cercle étaient disposés quatre trônes d’argent massif. Elewyn prononça en elfique la formule qui en commun signifie : « Que ce soir les quatre se réunissent. Que celui de la tour du feu, celui de la terre et celui de l’eau viennent à la tour du
vent. Celui des vents veut soumettre son apprenti à l’épreuve du nom. »

Alors les veines d’argent incrustées dans les pierres se mirent à luire, d’abord faiblement puis, comme du vif argent, elles commencèrent à couler d’un flot soutenu et fluide. Les trônes d’argent à leur tour brillèrent d’une lumière bleutée et il s’éleva du centre de la pièce comme un chant étrange qui enflait comme une grande onde. La lumière s’amplifia et alors que Saemon détournait les yeux de peur de devenir aveugle, elle disparu cédant place à trois vieux elfes éthérés. Son maître s’installa sur le trône vacant et dit en elfique :

-« Les quatre sont ensemble réunis, les quatre sont là pour trouver le nom de celui qui devant nous se dresse au cœur de l’arc de cercle. »

-« Avance, toi qui prétend pouvoir connaître ton nom. » Dirent en cœur les trois autres. Le jeune homme intimidé s’avança vers eux. Une des projections prit alors la parole. C’était un elfe aux cheveux mal coiffé comme s’il était sortit d’une explosion.

-« Le feu voudra savoir ce que tu connais et voudra connaître ce que tu sais. » Avant d’ajouter d’une voix mystérieuse. « Qu’est ce que le feu ? »
-« le feu est le destructeur et le protecteur. Il est le foyer et le courroux des cieux ! » Répondit Saemon en elfique.


-« Certes, il est tout cela mais il est bien plus ! » dit l’elfe d’un grondement de voix. « Il est celui qui prend et qui donne. Il est celui lui qui unit en détruisant. Il est le grand purificateur! Approche donc toi qui ose prétendre de tout connaître et expose toi aux flammes qui sauront à elles seules te montrer leur essence tout en révélant une parcelle de la tienne. »


Et il s’éleva à la place du vieil elfe un portail de feu. Des langue de flammes s’élançaient jusqu’aux pieds de Saemon. Effrayé le jeune homme fit face mais n’osa s’approcher.

-« Entre dans la porte du feu ou vit comme un couard ! » Lui ordonna une voix métallique. Obéissant à l’ordre, Saemon s’avança vers les flammes et traversa la porte ardente. Il sentait déjà son corps brûler. C’était comme si des milliers d’aiguilles chauffées à blanc se plantaient dans son corps de toute part. Soudain, plus rien. Il ne restait plus qu’un trône vide devant lui.

-« L’eau veut savoir ce que tu sais sur la magie qui coule en toi. Parle et je t’écouterais ». Lui dit tout simplement un des éthérés avant de faire apparaître un complexe mandalas au sol. « Dit moi ce que cela est. »

Saemon contempla le glyphe. Il était complexe. Très complexe. Composé d’une étoile à dix branches triangulaires avec dans chaque branche un cercle inscrit. Le tout s’entremêlait dans une harmonie parfaite.

-« C’est un glyphe harmonieux. » Fit remarquer le jeune homme avant d’ajouter : « Je crois même que l’on ne parle plus de glyphe ici mais de grâce. Les triangles formant une étoile symbolisent généralement la magie. Le nombre dix est le chiffre des cieux. Cette grâce a trait à la magie divine. Le cercle inscrit signifie que cela vient de l’intérieur, de nous même. Cette grâce est une grâce de plénitude, elle sert à régénérer la magie »
-« C’est parfait mais n’oublie pas la magie nous est propre si tu perd ta magie tu perd ton âme -enfin pour un magicien. » Et la silhouette disparut.

-« Approche toi qui prétend être plus que ce que tu es! » Dit une voix rude et rocailleuse. Saemon lui fit face. « La terre est mystérieuse et renferme bien des trésors. Choisi parmi ces trésors lequel est le plus précieux qu’elle t’offre. »

Alors apparu aux pieds de Saemon trois objets : une émeraude énorme, un tas d’or et une gerbe de blé. Saemon n’avait jamais vu autant de richesse devant lui. Oubliant aussitôt la gerbe de blé il hésita à choisir entre le tas d’or et l’émeraude. Pour finir attiré par la pierre, il la saisit.

-« Sombre imbécile ! Tu es bien un humain incapable de voir ce qui est plus important que de l’or et des femmes ! La terre est l’engrais de toute la nature, de toute vie. Son plusbeau présent est la fertilité ! » Et furieuse la silhouette d’un geste de lamain fit prendre feu l’émeraude que tenait Saemon. Brûlé par la pierreincandescente, il en pu que la lâcher et la laissée se consumer au sol. L’elfe de la terre disparut.

Elwyn pris alors la parole.

-« Les conseil des quatre a décidé. Si tu n’avais pas succombé à ton avarice on t’aurait nommé Cœur-ardent ou Rouge-cœur mais ta cupidité rend ton courage face aux flammes tout à l’heure et ton savoir face à l’eau vains. De rouge et de vaillant tu passes au pourpre car ton go~ut du luxe ne peut que se vêtir de richesse. Tu seras Saemon Pourpre-cœur ! »

Le maître vînt donné l’accolade à son disciple. Bien qu’ayant échoué à l’épreuve de la terre, il avait réussit deux épreuves difficiles et le maître était tout de même fier de son élève.

[A suivre…]






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Ven 11 Juil - 11:55

/// Je suis désolé pour la densité de mon texte Ja'i eut un gros problème en faisant mon copier coolé de Word au forum. J'ai dû reprendre toute la mise en page et je suis sûr qu'il subsiste encore quelques problèmes comme par exemple des guillemets seuls sur une ligne ou encore des retours à la ligne inoportun. donc dans un sens je vous dit bon courage pour la lecture du bg vu la mise en page :s ///

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Mer 16 Juil - 11:43

.
Historique des événements après l’étrange cérémonie des 4 éléments :

De 19 à 25 ans : Saemon est envoyé chez un ami invocateur d’Elwyn. Il y apprend les grandes lois de l’invocation et à tracer des pentacles. Il apprend l’abyssale auprès d’un démon mineur invoqué et apprend aussi le draconien dans un livre.

De 25 ans à 28,
il étudie auprès d’un vieux géomètre les glyphes. Le vieil homme se prend d’affection pour ce jeune homme talentueux et le forme comme son propre fils. Sur son lit de mort, le géomètre lui offre son grimoire empli de dessins de glyphes de toutes sortes. Ces pendant ces trois ans que Saemon devient un spécialiste de la géométrie magique.

De 28 à 31 ans, Saemon offre ses services à divers nobles pour protéger leurs manoirs contre les voleurs ou encore pour poser des sceaux de garde devant des chambres fortes. Ces sont époque de faste. Il gagne très bien sa vie et se met aux jeux de hasard. Il perd plus qu’il ne gagne et dépense ses gains en mets fins. Il ne cesse d’emprunter pour rembourser ses dettes de jeux.

A 33ans, Saemon fuit son pays poursuivi par de nombreux créancier qui, furieux qu’il n’ait pas honoré ses dettes, mettent sa tête à prix. Il s’exile dans un pays voisin mais se faisant attaqué par un assassin dans une auberge, il décide de prendre le premier bateau qu’il trouve pour une destination lointaine. Arrivé au port il voit un navire pour Arcanos. Intrigué par ce nom qui semble être synonyme pour lui de « pays oú la magie est puissante » - et aussi poussé par la nécessité- il s’embarque.

3 mois plus tard, il accoste au village des brumes.

.
///Ne voyant moi même plus la fin de mon BG sur word, je me permet de le terminer par cet historique beaucoup plus lisible qu'un Bg fourni de 20 pages^^. S'il y a besoin de plus de précisions, je peux détailler certains passages de la vie de Saemon.///

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Sam 19 Juil - 4:59

Jodelin, l'invocateur:

Le lendemain, Elewyn vînt le voir et lui dit :
-« Saemon,je n’ai plus rien a t’enseigner. Je suis un vieil elfe qui a beaucoup voyagé et comme tu l’as sûrement compris hier soir, je fais parti d’un cercle de mages très fermé. C’est en voyageant que tu apprendras beaucoup sur la magie. »


-« Je comprend maître. Mais oú irais-je ? » Elewyn sourit à son disciple.
-« Mais à Franc-port. C’est une vaste ville et maintenant que tu as 19 ans il faut que tu ai une autre expérience de la vie que celle de la tour d’un vieillard et des grimoires. » Et il ajouta « tu partiras demain, prépare tes affaires. Quand tu arriveras à Franc-port va parler à Jodelin. C’est un vieux gnome un peu fou. Il perche dans la rue marchande non loin du casque d’argent une auberge plutôt…hum mal famée. »

Elewyn sortit une lettre cachetée de frais.
-« tu lui donneras cette lettre. Cela te permettras de vivre chez lui quelques temps. Au fait, c’est un invocateur pend garde : il a tendance à perdre le contrôle de certains lutins. » Et il ajouta avec un sourire : « Surtut quand il a des invités ! »

C’est au petit matin que Saemon prit la route. C’était une journée d’automne grisâtre. Le temps allait sans doute se couvrir vers midi et peut être même qu’un orage éclaterait. Mais le jeune homme avait la tête à d’autres choses : un monde nouveau s’ouvrait devant lui.

Son maître lui avait donné quelques pièces d’or pour pouvoir s’acheter un cheval au premier bourg qu’il rencontrera. Il sentait le poids rassurant de l’or à sa ceinture et se sentait complètement libre. C’était la première fois depuis 10 ans qu’il était livré à lui-même.

Il marcha une dizaine de lieues ce jour là avant de s’installer pour la nuit. Si tout allait bien il serait le surlendemain à Franc-port. Au beau milieu de la nuit une galopade suivit de cris désespérés le réveilla. Ils venaient de la forêt toute proche. Inquiet et curieux à la fois Saemon pris son arbalète la chargea et alla voir ce qu’il se passait dans les bois.

Alors qu’il avançait dans des broussailles denses, un cheval affolé sans cavalier lui fonça dessus. Il s’écarta vivement et suivit la bête. Il la retrouva un quart d’heure après dans une clairière à brouter de l’herbe.

L’animal était magnifique et son harnachement de même. Une chance se dit Saemon surtout si le propriétaire est mort. Il saisi doucement le cheval et revînt à son campement oú il rassembla ses affaires. Mieux valait ne pas traîner dans le coin : entre le propriétaire du cheval et ce qui le faisait fuir le bois n’était plus très sûr.

Vers midi il s’arrêta enfin et fouilla les sacoches de « son » destrier. Il y trouva un poulet rôti enveloppé dans un torchon, de l’eau de vie d’abricot et deux pommes. Il donna l’un des fruits à l’équidé : « quoi de mieux pour se faire apprécier d’un cheval que lui donner des sucreries ? » pensa t’il. Il trouva aussi dans l’autre sacoche une belle chemise de lin bien pliée ainsi qu’un pantalon de monte de cuir noir. Cela lui irait bien mieux que sa vieille robe d’apprenti magicien. Et c’est le ventre plein et revêtu de meilleurs atours que les anciens que Saemon reprit la route.

Vers le milieu de l’après midi, alors qu’il traversait un vallon étroit, deux brigands surgirent au milieu du sentier. Le premier dit au second :


-« Tu crois que c’est lui ? »
-« Il m’en a tout l’air : le bougre a un beau cheval et de beaux vêtements. » Répondit le deuxième.
-« On va te saigner comme un porc, nobliau ! » dit l’un avant qu’ils chargent le cavalier de concert.

Saemon, surpris, ne fit que talonner son cheval bousculant les deux brigands. Arrivé au bout du vallon, il fit volte face et banda sa volonté. Il voulait juste les repousser mais sa peur soudaine transforma s volonté initiale en une grande onde de force qui renversa les deux ribauds et déclencha une chute de pierre sur eux. Etonné, le jeune mage regarda tantôt ses mains tantôt les deux hommes ensevelis sous la roche. Il partit d’un grand rire et dit :

-« Parbleu, je suis vraiment le meilleur ! Très fort Saemon, très fort ! »

Et c’est gaiement qu’il reprit la route laissant deux morts derrière lui comme si de rien n’était. Il arriva le lendemain vers midi à Franc-port. La ville était en pleine effervescence. Le sol de la rue marchande était jonché de fleurs et chaque maison était décorée de guirlandes de tissus colorés et de rameaux de sapin. On jouait même de la vielle à roue au coin d’une rue. On fêtait sûrement la visite d'un prince ou d'un grand seigneur ou peut être une autre fête, mais laquelle?

Laissant la question en suspend, Saemon alla droit vers la demeure de Jodelin que lui indiqua un fêtard. C’était une vieille bâtisse carrée qui avait survécu aux ages et aux multiples incendies courants à cette époque dans els grandes villes. Le jeune homme attacha son cheval et entra dans le territoire de l’invocateur.


La maison n’était composée que d’une seule vaste pièce. Diverses mezzanines permettaient d’accéder aux immenses bibliothèques qui couvraient les parois des murs. Un gnome voûté était en train de prononcer en une langue âpre et gutturale de sibyllines incantations en direction d’un pentacle dessiné à la craie à même le dallage noir de la pièce.

Soudain du centre du pentacle s’éleva une écarlate fumée accompagnée d’une odeur sulfureuse. Et apparu une bête étrange : une sorte de satire à la peau noire et aux yeux rouges. Le monstre regarda le gnome et, sans crier gare, lui sauta dessus. Avec une rapidité stupéfiante pour un vieillard, le gnome immola d’un geste le démon.

-« Pute de borgne ! Décidément invoquer un démon, même mineur, c’est pas mon truc. » S’exclama le gnome.

Saemon vit tout de suite ce qui clochait : on avait oublier de fermer le cercle du pentacle et trois des runes étaient mal dessinées.

-« Excusez moi mais vous avez oublier e refermer le cercle et la rune « Tor » doit s’élancer plus vers le haut. De même que vous avez mal dessiner « Kserv » et « Atshûn ». J’ajouterai monsieur que vous êtes bien téméraire de ne pas vous mettre vous-même dans une grâce de garde ou de bouclier…On ne sait jamais quand on fait appelle à des démons »

L’invocateur regarda son pentacle d’un œil rageur et de rage effaça ses dessins d’un coup de pied.
-« Très juste, gamin. » Dit-il avant d’ajouter : « Qu’est ce que tu fous dans ma baraque ?! »
-« je viens de la part d’Elwyn ! » Répondit rapidement Saemon tout enmsortant sa lettre de recommandation avant de se faire griller par ce magicien rageur.

Après la lecture de la lettre, le gnome dit à Saemon :
-« Alors comme ça ce vieux bouffeur de verdure a un apprenti, géomètre qui plus est. Ton maître m’a dit que tu étais très calé en glyphe mais qu’il fallait que je t’aide à parfaire ton éducation. Bon ben si j’ai bien compris je t’ai sur le dos ! » Saemon ne savait quoi répondre tant il était gêné.
-« Pute de borgne ! Ne rougis pas comme une pucelle, tu vas me faire chialer. On croirait lire un mauvais livre de chevaliers servants. Allez suit moi on va aller se boire une bière à la taverne du casque d’argent. Ca donne soif les démons, hein p’tit gars ? ». Et il entraîna à sa suite un Saemon embarrassé.


Son initiation à l’invocation commença le soir même. Jodelin était un vulgarisateur de magie sans pareil. Avec l’aide de l’imposante bibliothèque de l’invocateur, Saemon maîtrisa très vite les bases de l’invocation. Jodelin quant à lui était heureux de la présence d’un géomètre – même débutant- à ces côtés. Ils purent ainsi dessiner de vastes pentacles pour convoquer des démons mineurs.

En voyant que Saemon ne parlait pas l’abyssal, Jodelin convoqua un démon mineur pour apprendre à son disciple cette langue des enfers. Au bout de 3 ans, l’apprenti géomètre parlait l’abyssal et savait tracer des pentacles d’invocation d’un geste fluide et assuré.

Un jour, alors qu’il cherchait un livre « de chevet », Saemon trouva un ancien ouvrage relié dans de la peau de dragonnet. Sur sa couverture était inscrit Dragonomicon, ou comment parler le langage des pères de la magie. Intrigué Saemon ne pu que s’emparer du livre et le dévorer.

Le dragonomicon défendait la thèse comme quoi les dragons avaient donné aux hommes la magie par un concours de circonstances. De plus, l’on pouvait apprendre grâce au lexique le draconien, un atout pour les mages qui l’apprennent. Saemon entreprit donc de s’instruire de cette langue peu usitée. Il lui fallut du temps beaucoup de temps pour se souvenir de chaque mot. Le draconien est une langue qui se parle du coffre pour être bien parlée. Certains mots demandent d’être écorchés par un raclement de gorge. Bref, pas facile pour un humain de l’apprendre.

Au bout de deux ans, Saemon maîtrisait le draconien. Jodelin voulait garder son disciple auprès de lui mais le jeune homme n’éprouvait aucun intérêt particulier pour l’invocation lui préférant l’art des glyphes de loin.

Il y avait un géomètre qui habitait non loin de Franc-port et qui à ce que l’on disait était très âgé. Après avoir demander l’autorisation à Jodelin pour pouvoir rencontré le vieil homme, Saemon partit à travers la campagne en quête de la demeure du géomètre.

[A suivre]
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Dim 20 Juil - 11:06

L’art subtil des glyphes :

Saemon mit une journée pour trouver la demeure du géomètre dans la campagne de Franc-port. Pensant devoir cherché, une tour de mage il était passé trois fois devant la superbe villa du magicien. Se rendant à l’évidence il pénétra dans la cour intérieure de la villa en passant sous l’ombre fraîche d’un porche. Un valet accouru et lui pris son cheval avant de lui dire que le maître le recevra dans un moment. Saemon patienta dans cette cour intérieure bordée d’arcades décorées d’abstractions géométriques. Devant l’attente interminable et l’opulence de la maison, le jeune mage s’apprêtait à partir pensant qu’il s’était trompé de demeure.


Au moment oú Saemon fit mine de s’en aller, un serviteur le fit entrer dans une seconde cour mais celle-ci pourvue d’un jardin luxueux. Là l’attendait un vieil homme assis dans une chaise d’osier.
-« Approchez mon jeune ami. » dit de vieil homme en l’invitant à prendre place dans un siège face à lui. « J’avais entendu dire en ville qu’un jeune homme cherchait un géomètre pour l’instruire. C’est pour cela que mon domestique vous a laissé entrer sns vous poser de problèmes. Enfin, comme ça vous étudiez l’art subtil de la géométrie ? »
-« Et bien oui monsieur, je m’y efforce. »
-« Vous vous y efforcez…Amusante affirmation et décevante d’une certaine manière car elle doit refléter soit votre médiocrité ou votre fausse modestie. » Le vieux mage chassa d’un geste les véhémentes protestations du jeune homme. « Moi qui croyais que les jeunes gens aimaient prouver plus par les faits que par les dires ce qu’ils savent faire… »
-« J’ai des esquisses, monsieur » Dit Saemon en sortant son grimoire de glyphe.


Le vieil homme prit le grimoire et le feuilleta s’arrêtant sur quelques détails de temps à autres.
-« Il est vrai que vous possédez un certain talent. Mais, suivez moi. » Et le géomètre l’amena au centre d’une allée de sable fin. « Dessinez moi une grâce solaire.»
-« Je ne sais ce qu’est une grâce solaire mais je peux vous dessiner un glyphe de lumière. Totalement inoffensive sur un humain mais puissante contre les créatures de l’ombres. »


Sous le regard précis du géomètre, Saemon traça dans le sable un glyphe de lumière. Il voulait montrer au vieillard tout ce qu’il savait. Il inscrit dans un cercle de 5 pieds de diamètre un triangle rectangle qui divisa d’un segment partant du centre de l’hypoténuse au sommet de l’angle droit. Il ajouta trois runes et inscrit un carré dans la partie inférieure du cercle. Le vieux mage lui dit alors :

-« Il est indéniable mon jeune ami que vous savez vous y prendre en dessin de glyphes. Cependant vous avez commis une erreur impardonnable pour un géomètre. »
-« Quoi donc ?! »
-« Vous avez privilégié les formes à leur sens. Il y a trop de formes. Certes votre glyphe marchera mais ce surplus de runes, et ce carré ne servent à rien. Le cercle et le triangle rectangle avec ce segment auraient suffit amplement pour créer une puissante grâce. Les jeunes veulent toujours faire trop pour épater la galerie et les damoiselles. Enfin vous me direz que nous les vieux perdons trop d’impétuosité au point de gémir dans un lit harcelé par la goûte ! »

Sur ce, Saemon resta à dîner tout en devisant gaiement avec son hôte. Il revînt pendant deux semaines chez le géomètre pour apprendre son art avant que celui-ci ne lui demande de vivre chez lui.

Saemon apprit beaucoup du vieil homme. Il se nommait Alecto de Castelonde. De noble lignage, il s’était détourné de l’étude des armes pour s’intéresser aux sciences. Il avait successivement eut comme passion l’astrologie, la magie, les mathématiques, la musique et enfin la géométrie. Saemon fut alors instruit non seulement sur les sujets pointilleux de géométrie mais aussi sur tout les arts du quadrivium en général.

Alecto considérait plus Saemon comme le fils qu’il n’avait jamais eut – ces deux maîtresses ayant été les sciences et le luxe. Le jeune homme vécu pendant trois ans dans l’opulence et les arts. Aux conversations savantes entre amis se succédait les repas avec d'autres savants convives. Ils passaient certaines soirées à observer la course d'une comète ou les constellations tout devisant de philosophie. Saemon ne vit pas passer ces trois ans .


Un soir d’été oú l’horizon était embrasé de pourpre et d’écarlate par le soleil mourant, Alecto fit mander à son chevet son disciple. Saemon arriva dans la chambre de son mentor qui gisait comme suffocant sur un lit à baldaquins aux rideaux diaphanes. Ces une voix éteinte que le vieil homme s’adressa à lui :

-« Approche mon jeune ami. Ma vie je l’ai passée à courir le monde à la recherche de maîtres et de savoirs. J’ai passé trop de temps sur les routes avant de pouvoir m’installer dans cette riche demeure. J’ai perdu trop de temps à de vaines recherches oú la majeure partie de ce que tu trouves est des savoirs que tu connais déjà. Je suis un vieux géomètre ami des sciences et je vais mourir. Non, non pas la peine de faire cette tête la : la mort n’est qu’un passage. Je tiens à ce que tu reçoives comme unique héritage mon grimoire. Il y a tout ce que j’ai pu trouver en glyphes durant mes longues recherches de Gaedhin à la grande bibliothèque de Badwac en passant par les riches écrits de Saliman le sage. Sois en digne ! Quant à moi, Peut être deviendrais-je une étoile, une comète ou une planète que sais-je ? Mais maintenant laisse moi, je veux être seul face à l’éternel. »

Le lendemain Alecto de Castelonde était mort et toute sa maisonnée était en deuil. C’était comme si le monde avait cessé de tourner. Saemon rassembla ses affaires et quitta les lieux.

Il chevaucha durant trois jours en se concentrant sur le galop de son cheval ou les détails du paysage pour ne pas penser à la mort de son ami. A la fin du quatrième jour, il atteint la grande cité marchande d’Albetertre.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame Charlie
Chevalier de Bronze
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 44
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Dim 20 Juil - 12:32

[En cour de lecture]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://DCharlie.ville-virtuelle.com
rapine et cie
Équipe DM
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 28
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   Lun 21 Juil - 5:37

Absinthe, jeux et glyphes :

La cité bruissait d’activités diverses. Les caravanes entraient et sortaient sans cesse. Les marchands se hélaient d’un étale à l’autre et quelques tire-laines profitaient de la cohue pour couper quelques bourses au passage.

Saemon était désemparé, il avait perdu un ami très cher et il errait sans but. Une enseigne attira son attention, « Le magicien ivre ». Il y entra ne trouvant rien d’autre de mieux que d’aller se saouler. La taverne était fréquentée par quelques caravaniers et hommes d’armes. On y servait de l’absinthe et quasiment pas d bière. Saemon fit comme tout le monde et commanda une absinthe puis une autre et encore une autre. Il noya sa peine dans l’alcool. Comme son client payait bien, le tavernier lui servait chaque jour une carafe pleine d’absinthe coupée d’eau.

Ainsi les semaines passèrent et Saemon à moitié ivre lisait dans ces moments de lucidité le grimoire de son mentor. A chaque nouvelle découverte il le faisait savoir aux habitués par de longues explications autour de plusieurs verres. L’absinthe et l’étude poussée des glyphes rendirent sa santé mentale précaire. Premièrement il était souvent en proie à des crises oú chaque objet devait être bien droit : perpendiculaire ou parallèle au mur ou encore alignés les uns par rapports aux autres. Deuxièmement, il prit de mauvaises habitudes en faisant fi des mœurs : se servant lui-même derrière le bar ou goûtant à tous les fruits d’un maraîcher sans en acheter un seul.

Un soir, un homme vînt lui proposé un contrat de la part de son maître. Saemon devait protéger une maison entière contre els brigand en tout genre avec des glyphes. Bien que semi alcoolique, il se mit au travail dès le lendemain –avec un bain d’eau glacée contre la gueule de bois.

La maison de son client était une vaste demeure de marbre blanc à colonnade. Le bourgeois qui y habitait était un collectionneur de vases précieux et voulait à tous prix mettre sa collection en sécurité. Saemon travailla d’arrache pied pendant près d’un mois pour fournir les plan et graver les glyphes dans la pierre. La riche commanditaire satisfait lui donna une petite fortune en pierreries et or.

Saemon retourna alors à la taverne pour vider quelques verres pour fêter sa bonne affaire conclue. Sous l’effet de l’alcool, le géomètre sortit prendre l’air dans la rue et de là erra dans Albetertre. Au détour d’une avenue, il tomba sur une maison de jeux. Ne savant comment employé son argent, il y alla.

La maison de jeu était composée d’une immense salle unique oú l y avait plus d’une vingtaine de tables alignées. Certains jouaient aux dès d’autres aux cartes ou à la roue de la fortune. Saemon s’installa et misa une topaze aux dès. Il perdit. Mais ne voulant rester sur cet échec, il recommença et de fils en aiguille il fut pris par la folie du jeu et ne pu s’arrêter de parier.
Il y laissa sa bourse et sa cape.

Quelques semaines plus tard, il fut contacté pour s’occuper de la sécurité d’une autre villa. Son commanditaire satisfait il fut payé grassement. Mais le goût certain de Saemon pour le hasard, lui fit tout perdre une fois de plus. Il commença alors à emprunter tout en continuant de travailler pour de riches bourgeois.

A chaque somme empruntée, il espérait gagner suffisamment d’argent pour rembourser un autre usurier. Ni son travail dans les riches villas ni ses gains ne lui permirent d’honorer ses dettes. Il était pris dans un cercle vicieux. Les mois passèrent et les usuriers commençaient à comprendre que jamais ils ne verraient la couleur de leur argent.

On ne sait lequel des prêteurs mit la tête de Saemon à prix mais le faite est là. Un soir alors qu’il rentrait à l’auberge à demi saoul, il vit un homme dans sa chambre immobilisé par une de ses glyphes de garde. Croyant être à l’abris du danger, Saemon apparu face à l’intrus pour se moquer de sa stupidité. Mais voilà que l’homme brandit son arbalète : il n’avait que les pieds immobilisés pas le reste du corps. Un carreau fut tiré sur l’ivrogne, se fichant dans son épaule. Saemon furieux, immola purement et simplement l’homme sur place. Mais l’homme embrasé déclencha un incendie dans l’auberge et le géomètre fuît avec pour seule fortune une bourse quasiment plate et le grimoire de son mentor.

Saemon chevaucha pendant trois jours et trois nuits avant d’atteindre un port sur la côte est du pays. Là bas il chercha un bateau pour des terres lointaines et il trouva une flûte en partance pour Arcanos. Arcanos, le nom sonnait bien, sûrement une contrée ú la magie est puissante. Il vendit son cheval pour payer le prix du voyage et s’embarqua. La traversée fut terrible pour le géomètre entre le mal de mer et l’absence d’alcool à bord. Il fut quasiment sevré au bout d’un mois se jurant de ne plus jamais avaler une goutte d’absinthe.

Trois mois plus tard, Saemon débarqua au village des brumes avec seulement 10 pièces d’argent en poche.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Validé] [Mage géomètre] Saemon Pourpre-coeur.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Éramos D'irifuse; Coeur d'aigle
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Arcanos :: Section RP :: Section des BG-
Sauter vers: